Bạn đang ở: Trang chủ / Français / Musique / Chansons / Immense Plaine des Joncs

Immense Plaine des Joncs

"Mênh mông Đồng Tháp", traduit par Thanh Bạch.


1. Mùa nước năm xưa em đang là du kích
Trên cánh đồng nước nổi xuồng lướt dưới bom rơi
Mùa nước năm nay em trên đồng lúa nổi
Trên chiếc xuồng trĩu hạt giọng hò lướt trong mây

Tiếng ru con ầu ơ hò ơi ơi hò
Những đường sông lạch gần xa
Ghe xuồng như chiếc thoi đưa
Mùa nước mênh mông không thấy bờ thấy bến
Những cánh cò cánh nhạn đùa mặt nước lung linh
Màu tím bâng khuâng bên hoa vàng đốm nhỏ
Riêng em là hoa của Đồng Tháp sen hồng.

2. Trời nước bao la em như là chim én
Em trên xuồng qua rạch rồi lại nối qua sông
Về giữa đêm khuya trăng bên trời trắng lạnh
Con chim gọi nước ròng rồi nước lớn mênh mông

Gió ru bên bờ kinh hò ơi ơi hò
Gió mùa đất lại càng khô
Sen hồng Đồng Tháp bay xa
Mùa gió thênh thang đi qua vườn cây trái
Trong khung trời gió lộng đàn tu hú kêu vang
Trời đất thơm tho hương hoa tràm hoa dại
Đêm nghe bầy gió về lật lá bên vườn.


1. Autrefois, à l’époque des crues, dans le maquis, tu combattais.
Sur les champs inondés, sous les bombes, les barques glissaient.
Aujourd’hui, dans les champs de riz flottant, tu te retrouves à la saison des crues.
Sur une barque chargée de grains, en train de chanter vers les nues,

Une berceuse qui s’égrène, en une douce ritournelle.
Ici et là, par les rivières et les chenaux,
Passe, des jonques, la navette sempiternelle.
C’est le temps des grandes crues qui, des rivages et des quais, ont tout effacé,
Des cigognes et des hirondelles taquines, qui font frémir la surface des eaux,
Du mauve mélancolique, de boutons d’or, moucheté.
Tu es la fleur unique, parmi les roses lotus de la Plaine des Joncs.

2. Dans l’immensité du ciel et des eaux, tu es comme une hirondelle,
Sur ta barque, tu traverses les arroyos et de l’autre côté du fleuve, resurgis,
Pour rentrer à la lune froide sur un ciel blafard, en pleine nuit.
Tu es l’oiseau qui fait monter les eaux et de son cri, les crues, appelle.

Le vent nous berce sur le canal, de sa lancinante mélopée.
C’est la mousson qui rend la terre asséchée.
Les lotus roses de la Plaine des Joncs se sont envolés.
C’est le souffle vaste de la mousson qui traverse les vergers.
Dans l’immensité du ciel battu de vent, les bandes de coucous font leur tapage.
L’espace s’est embaumé du parfum des calices sauvages et des fleurs du cajeputier.
Dans la nuit, écoutez-la, dans les jardins, la horde des vents qui sont revenus chahuter les feuillages.

traduit par Thanh Bạch
03/07/2006 10:24


A la mémoire de tous ceux de La Plaine des Joncs, des hommes et des femmes qui y ont vécu, y ont livré leur combat et y ont laissé leurs plus belles années pour les plus belles pages d’histoire de cette « Terre des Hommes ».

Các thao tác trên Tài liệu