Bạn đang ở: Trang chủ / Français / Articles / Prières du Vietnam - Arrêtez-vous

Prières du Vietnam - Arrêtez-vous

Trịnh Công Sơn, 1968. Préface du recueil de musique « Prières du Vietnam »


Prières du Vietnam (Kinh Viet nam) sont des cris pathétiques qui ont débuté dans un contexte de mort et de sang. Prières du Vietnam c’est aussi l’espoir d’une aurore à cette longue nuit noire. Les chansons ont été écrites à partir des joies perçues dans le cœur des hommes. C’est là l’allégresse des foules qui attendent avec espoir le jour de la résurrection.

Il y a eu une non-vérité durant ces vingt dernières années. Une erreur a été mise en route et il a fallu aller jusqu’au bout de cette route de mort et de sang. Comme une flèche sans intelligence devenue soudainement anachronique dans une mission de durée indéterminée. Nous sommes, bon gré mal gré, transformés en flèches aux objectifs déjà établis qui sont tirées à partir de schémas limités en nombre et somptueux d’imagination.

Il est temps maintenant que nous nous arrêtions et que nous regardions en arrière. Les dépouilles des nos frères sont en nombre suffisant pour se transformer en une grande digue et contenir des complots inhumains. Ces dix dernières années nos frères et nous ne faisions que nous pourchasser mus par une haine artificielle. Aucune espèce de bonheur ne peut nous attendre après cette course poursuite de longue haleine. Un gouffre s’était ouvert sous les pieds de ce peuple. La conscience des hommes est emportée dans un élan vers la commercialisation. Au fond de l’horizon du ViêtNam de pauvres et maladifs rayons de soleils proviennent d’un soleil au souffle vital épuisé et sur le point de sombrer dans le coma.

Arrêtez-vous et attendez ensemble de voir un soleil jeune et frais naître à l’Est.

Arrêtez-vous pour que toutes les maisons du ViêtNam puissent ouvrir largement ses portes et accueillir une aube de paix. Il reste de nombreuses routes qui vont s’ouvrir pour notre avenir.

Des routes qui nous font revenir et reconstruire une véritable patrie.

Arrêtez-vous pour pouvoir entendre trente-et-un millions d’acclamations simultanées dans une minute de liesse. Pour que les rivières, les ruisseaux, les montagnes et forêts et ce sol desséché puissent de nouveau respirer paisiblement. Le chant a pu s’élever pour nourrir et faire grandir l’espoir.

Nous avons déjà un précieux bagage issu de plus de quatre mille ans pour continuer à cheminer sur les nouveaux itinéraires menant à l’avenir. Nous devons aller de l’avant avec un cœur d’émissaire qui portent en eux la conviction et la promesse de ceux qui sont tombés. Nous devons retrouver notre patrie avec une volonté de vivre puissante parce que dans notre corps circule aussi le sang de nos frères qui ne sont plus.

Tout autour d’ici, les écoles, les hôpitaux, les maisons communes de village, les jours de marché, les plaines vont recommencer avec les jours humains, avec un peuple pétri d’humanité.

Ne soyez jamais des renégats avec notre merveilleux passé.

Trịnh Công Sơn
1968


Traduit par Léon Remacle, 01/03/2007.

Các thao tác trên Tài liệu

được ắp xếp dưới: