Bạn đang ở: Trang chủ / Góc bạn bè / Sinh-hoạt / [2015] Kỷ niệm 14 năm / Giang Trang chante Trinh Công Son à l’étranger

Giang Trang chante Trinh Công Son à l’étranger

Bùi Phuong, lecourrier.vn, 28/03/2015

Après deux représentations, en mars à Hanoi, de son concert Ha Huyên 2, la chanteuse Giang Trang le présentera à l’étranger. Elle se produira à Paris (France) et à Munich (Allemagne) du 4 au 11 avril.


La chanteuse Giang Trang. Photo : CTV/CVN

Giang Trang, née en 1981, est l’une des rares jeunes chanteuses vietnamiennes à rencontrer du succès dans l’interprétation des œuvres du compositeur Trinh Công Son (1939-2001), dont la réputation dépase les frontières vietnamiennes. Après l’écho créé dans le pays en 2012 concernant son album et ses concerts baptisés Ha Huyên, Giang Trang a décidé de poursuivre l’aventure avec la musique de ce compositeur distingué.

Acoustique travaillée

Son rêve s’est concrétisé avec la sortie de l’opus Ha Huyên 2, qui contient 12 œuvres enregistrées dans le studio Thanh Phuong. Des concerts éponymes ont été donnés lors de deux soirées, les 7 et 14 mars à l’Espace, 24 Tràng Tiên, Hanoi. Loin de vouloir en rester là, Giang Trang et son équipe, composée de Thanh Phuong (arrangements, guitare), Vân Mai (cithare à 16 cordes), Lê Thu Huong (flûte) et Trong Kiêu (piano), ont décidé de chanter au-delà des frontières vietnamiennes.

Le 4 avril, ils présenteront leur concert Ha Huyên 2 au Studio Raspail à Paris (France), puis au Théâtre Bela Betok à Munich (Allemagne), le 11 avril. Dans l’album qu’elle a produit et sur scène, Giang Trang met en valeur sa voix en donnant une attention particulière à l’acoustique. Giang Trang et ses instrumentistes partent à la recherche des mélodies mélancoliques de Trinh Công Son, musicien vietnamien, mais profondément influencé par la musique occidentale. Par la fusion de la cithare à 16 cordes, du piano et de la flûte, Ha Huyên 2 explore une autre voie qui mène aux sources où s’abreuve la musique de Trinh Công Son, dans des tonalités plus légères et plus fantaisistes.

À la différence de Ha Huyên, concert empli d’histoires personnelles, Ha Huyên 2 évoque quelqu’un qui a trouvé une paix intérieure, mais garde les yeux tournés vers le monde extérieur. Car, d’après Trinh Công Son, sa musique, «sous l’héritage culturel oriental et occidental, perce la philosophie bouddhiste» (sic).

Bùi Phuong/CVN

Các thao tác trên Tài liệu